Pertinence de l’initiative

Statistique Canada révèle que les femmes de minorités visibles nées au Canada sont plus susceptibles d’avoir un diplôme d’études post-secondaires que les autres populations qui ne s’identifient pas comme membres d’une minorité visible [47,7% des femmes de minorités visibles nées au Canada en âge de travailler ont un diplôme universitaire, comparativement à 25,8% des femmes du même âge qui ne font pas partie d’une minorité visible].

De plus, les femmes appartenant à une minorité visible sont plus susceptibles que les hommes et les femmes n’appartenant pas à ce groupe d’avoir un diplôme d’études post-secondaires dans des domaines à prédominance masculine tel que les sciences de la technologie informatique, les mathématiques et l’ingénierie.  Par exemple, 4,4% des hommes n’appartenant pas à une minorité visible ont un diplôme en informatique et en mathématiques, contre 4,8% des femmes appartenant à un groupe de minorité visible.

Cependant, cela ne se traduit pas de façon concrète à l’obtention d’emploi à revenu élevé pour ces professionnelles. Le taux d’emploi des femmes appartenant à une minorité visible est de 68%, nettement et bien inférieur à 79% des femmes n’appartenant pas à des minorités visibles.

Près des deux tiers des femmes des minorités visibles sont des nouvelles arrivantes au Canada. Les recherches révèlent également que les femmes nouvellement arrivées appartenant à une minorité visible ont le revenu annuel médian le plus bas de tous les groupes de nouveaux arrivants et sont plus susceptibles d’être au chômage par rapport aux hommes et à d’autres groupes à cause de plusieurs obstacles tels que la langue, l’auto-identification des compétences, le manque des services de garde, les contraintes de transport, etc.

Ce programme est conçu avec l’objectif de soutenir les participantes au projet à surmonter ces obstacles et à leur permettre d’accéder et de garder un emploi en consolidant leur confiance en soi, leurs compétences ainsi qu’en assimilant les comportements nécessaires à l’intégration et à l’adaptation a un environnement de travail canadien. Nous croyons que les nouvelles arrivantes appartenant à une minorité visible représentent une ressource dynamique, qualifiée et riche qui peut apporter des contributions productives à l’économie et à la société canadiennes.

Nous sommes reconnaissants à la Société de Recherche Sociale Appliquée (SRDC/SRSA) pour son intérêt à entreprendre ce projet de recherche et sommes extrêmement reconnaissants au gouvernement du Canada d’avoir investi dans ce projet pilote, soutenant ainsi ce groupe marginalisé de femmes afin de leur permettre de recevoir le soutien nécessaire à l’intégration sur le marché du travail. Merci de soutenir notre travail.

Pour de plus amples renseignements sur le programme « L’autonomisation des femmes nouvellement arrivées à l’intégration et la réussite sur le marché du travail canadien », contactez Magdalene Cooman, directrice de l’engagement des employeurs, World Skills Employment Centre.

Courriel: Magdalene.maxwell@ottawa-worldskills.org

 

 

World Skills' News

Testimonials